Vie privée : comment vos appareils vous espionnent

Dossier publié dans CPC Hardware N°29 (Juillet-Aout 2016)

ouverture

L’agrégation de quantités faramineuses de données personnelles représente un nouvel eldorado. Les plus grandes sociétés high-tech, soucieuses de ne pas rater le coche, se battent avec acharnement pour constituer les plus grandes bases de données possible. Leurs cibles : les petites habitudes de tout un chacun, qui se transformeront bientôt en montagnes de dollars. Et tous les moyens sont bons. Comment procèdent-ils exactement ? Quelles sont les techniques utilisées ? Quels types d’informations sur votre vie privée les intéressent tant ? C’est ce que nous avons cherché à savoir.

couly-01La surveillance est-elle devenue le nouveau business model d’Internet ? Pour Bruce Schneier, célèbre cryptologue américain, la réponse ne fait aucun doute : les données personnelles s’apparentent bien à une monnaie, qui sert principalement à rentabiliser des services d’apparence gratuits. Et nous n’en sommes qu’aux prémices de cette nouvelle économie. Si les actionnaires valorisent aujourd’hui Facebook à 340 milliards de dollars malgré des bénéfices nets de “seulement” 3,7 milliards, c’est parce qu’ils espèrent que l’exploitation tous azimuts du Big Data générera beaucoup (beaucoup) plus de profits à l’avenir. Mais avant d’en arriver là, l’heure est à l’amassement ; la rentabilité viendra ensuite. Apple, Google ou Microsoft se comportent désormais comme de véritables trous noirs qui absorbent, analysent, croisent et hiérarchisent toujours plus de données personnelles issues de leurs clients. Plus ils en détiendront, plus il sera difficile d’échapper à leur force d’attraction. Celle-ci s’étend d’ailleurs de plus en plus, très loin des limites de leurs propres sites : Amazon peut par exemple récupérer des informations sur vos habitudes – et vous proposer ses offres alléchantes – sur de nombreux sites qui ne lui appartiennent pas. C’est le rôle des cookies, applets et autres trackers, qui ne cessent de se multiplier. L’appétit insatiable des mastodontes d’Internet s’explique aussi par une spécificité propre au Big Data : le rendement s’accroît avec la quantité. Aujourd’hui, à peine plus de 10 % des données seraient exploitées, en partie à cause d’un volume encore insuffisant. Une bonne raison pour en accumuler bien plus.

Resistance is futile
couly-03Si tout le monde cherche aujourd’hui à recueillir de grandes quantités d’informations personnelles, les possibilités de les rentabiliser diffèrent. Beaucoup de sociétés ne disposent pas – et ne disposeront jamais – d’une base de clients suffisante pour exploiter le filon. L’option la plus lucrative consistera alors à revendre ces données à un agrégateur bien plus gros, comme Google. Au risque que celui-ci finisse par en savoir suffisamment sur vous, à se rendre tellement indispensable à votre quotidien, pour que n’ayez pas d’autres choix que de lui dévoiler “volontairement” (mais contraint et forcé) les derniers détails de votre vie privée. Les grandes entreprises se retranchent souvent derrière leurs “Politique d’utilisation des données” et autre “Déclaration de confidentialité”, en insistant sur le fait que nul ne vous oblige à les accepter. Oui mais voilà : comment utiliser un smartphone quand tous les systèmes d’exploitation mobile exigent vos informations ? L’écrasante majorité des utilisateurs finiront par céder plutôt que de retourner à l’âge de pierre. Dans ces circonstances, les gouvernements semblent les seuls à même d’ériger des garde-fous… mais ils ne paraissent pas pressés. The Big Data Dilemma, un rapport du parlement britannique tout juste publié, fustige ainsi son propre gouvernement et l’incite à adopter au plus vite une législation contraignante (sans attendre la directive européenne prévue d’ici à 2018). En attendant, la course au Big Data ne souffre d’aucune entrave éthique…

 

About the Author

Doc TB
Détracteur en chef, journaliste total, combat le bullshit marketing depuis 2001, ce qui lui vaut régulièrement procès et menaces. Particularité : dilapide l'argent de la rédaction en produits divers et variés qu'il pourrait très bien obtenir gratuitement via les constructeurs (contre un ou deux points en plus sur la note). Détruit au final lesdits produits en cherchant à les améliorer ou pour éprouver leur résistance aux courts-circuits.

Comments are closed.