Une « foune des années 70 » débarque chez CPCH

Oni (par Couly)

« Incroyable ! » Je retiendrai que c’est par cette seule expression qu’a réagi Couly en voyant ma tête, qu’il était chargé de dessiner (magnifiquement, d’ailleurs). « Incroyable », c’est ce que je me suis répété lorsque Dandu, répondant à ma candidature, m’a proposé de le rejoindre pour tester des cartes graphiques et des gadgets idiots dans un magazine papier, un vrai comme quand j’étais gamin et que je faisais planter mon Atari ST en faisant n’importe quoi avec.

Ma tête made in Couly (la chevelure est d’origine)

Déjà lecteur occasionnel de feu Joystick et de « l’autre Canard PC », c’est évidemment sans réfléchir que j’ai couru poser mes valises chez Canard PC Hardware, qui m’a réservé un accueil chaleureux et dont je tire déjà de bons souvenirs. Comme Monsieur Chat, avec qui nous avons longuement débattu de nos alcools préférés, un soir dans des bureaux déserts. Ou encore comme ackboo, que la rédaction entière a dû retenir pour l’empêcher de me défenestrer en apprenant que je bosse sur un Mac et que j’aime bien jouer sur consoles.

Alors effectivement, je suis amateur de Mac et de produits Apple. Certes, c’est vendu trop cher par un mégalo et on ne peut pas les améliorer soi-même, mais je trouve que ce cocktail a quelque chose de fascinant. Et même si je joue aussi sur Mac (si si, c’est possible quitte à installer Windows, rien ne m’arrête), j’ai un faible pour les consoles de salon de toutes marques. Non pas que j’apprécie particulièrement le 720p à 30 FPS, mais surtout parce que mon genre de prédilection, le jeu de combat, est quand même mieux diffusé et beaucoup plus pratiqué sur PS4 que sur Steam. Accessoirement, en bon déviant qui se respecte, je ne rechigne pas à me vider le cerveau de temps à autres sur un FPS où j’explose tout à la manette, et comme je suis myope, j’ai juste à enlever mes lunettes et je ne remarque presque plus la résolution cracra et le framerate en berne, parfait pour tout faire péter en poussant de petits rires niais.

Un Atari ST, première machine à subir mes expériences

Mais tout n’a évidemment (presque) pas commencé avec Apple ou les consoles ! Déjà enfant, mes parents m’ont mis dans les mains un superbe Atari 520 STe pour que j’arrête enfin de maltraiter le Macintosh familial. Une bécane qu’il a fallu désosser assez rapidement, non seulement pour changer le lecteur de disquettes, victime d’un malencontreux accident de type « papaaaa, j’ai coincé un truc dans l’ordinateur et maintenant il marche plus ! », mais surtout pour doubler sa mémoire et arriver à un merveilleux total de 1024 Ko, indispensable pour lancer certains jeux. Depuis, je me suis passionné pour la torture de toutes sortes de technologies et systèmes obscurs, de l’installation d’un disque dur sur une vieille PlayStation à un (trop) grand nombre de distributions Linux (Ah… passer 6 heures à regarder son Athlon XP 1800+ compiler juste pour avoir un traitement de texte qui fonctionne, c’était… spécial).

Mais qu’on ne s’y trompe pas ! Malgré une rédac tournant entièrement sur Mac (à défaut d’être entièrement belge, désormais), mon amour pour les machines et les systèmes qui n’ont aucun avenir ne nous empêchera pas de vous parler de CPU, de GPU, de bidules inutiles et bien sûr de démonter les arguments marketing les plus risibles des constructeurs. Si ça se trouve, on essaiera peut-être même de faire péter un ou deux trucs qui traînent en l’honneur de Doc TB.

En attendant, je suis arrivé juste à temps pour épauler Dandu dans le bouclage du numéro de décembre. Les premiers sujets de tests se sont vite accumulés sur mon bureau et vous aurez le plaisir, du moins je l’espère, de les lire prochainement.