Retropac, la console retro made in France a été annulée

Nous aimons bien Kickstarter à la rédac’, vous avez pu le voir dans le Canard PC Hardware 28), mais le Retropac, une console « française » financée sur Kis Kiss Bank Bank, nous a fait un peu tiquer (et nous ne sommes pas les seuls). Explications.

Mise à jour du 13 octobre :

Le message de Kiss Kiss Bank Bank

Le message de Kiss Kiss Bank Bank

Le projet Retropac a été annulé par Kiss Kiss Bank Bank (il n’est plus en ligne). Dans un message envoyé aux contributeurs, les responsables de la plateforme de financement annoncent que le projet a été annulé, car les créateurs affirmaient avoir obtenu un accord commercial avec les développeurs de SNES9x et de Genesis Plus GX (l’émulateur « secret » que nous avions cité dans l’article original). Malheureusement, ces derniers ont apporté la preuve que l’accord en question n’avait pas été accordé, en conséquence le projet a été annulé. Rappelons que les créateurs de Retropac affirmaient hier dans un communiqué avoir obtenu les licences d’utilisation des émulateurs en question.

Si nous étions mauvaises langues, nous pourrions vous dire que le projet va redémarrer d’ici quelques jours sur Indiegogo comme tous les projets annulés sur KickStarter, mais ce serait vraiment du mauvais esprit.

Texte original du 7 octobre.

Ont-ils passé beaucoup de temps pour le trouver sur Aliexpress ?

Ont-ils passé beaucoup de temps pour le trouver sur Aliexpress ?

Commençons par présenter le produit. Le Retropac est une « console » basée sur un Raspberry Pi 3, dans un boîtier d’entrée de gamme classique – il se trouve pour moins de 1 € sur AlieExpress -, avec deux manettes de NES ou Super NES en USB, une alimentation, une carte SD de 16 Go et un câble HDMI. Différents packs existent, en fonction de la capacité de la carte SD et des manettes livrées, l’intégration de manettes sans fil 8BitDO augmente évidemment le prix. La version de base vaut 100 €, le plus cher atteint 350 €. Il n’y a pas grand-chose à dire sur le côté matériel, le Raspberry Pi 3 offre de bonnes performances avec des émulateurs et même si le prix semble un peu élevé étant donné le matériel livré – nous estimons le prix de revient à ~65 € en visant large -, faire une marge confortable n’est pas un crime et le prix est clair dès le départ. Notons tout de même que Lucas Di Lorenzo, a une question sur la qualité du boîtier, répond « On a passé du temps dessus, ça fait mal. ». Une phrase étonnante quand on remarque que le boîtier n’a rien d’original(MAJ : les auteurs indiquent qu’ils parlaient évidemment du logo).

En fait, la partie logicielle pose beaucoup plus de soucis. Premièrement, ils mettent en avant de façon assez peu subtile la possibilité d’émuler des jeux commerciaux. Si la console n’est a priori pas livrée avec des logiciels sous licence – ils n’indiquent que la présence d’homebrew -, la FAQ a le mérite d’être assez claire. À la question « Comment télécharger des jeux ? », elle répond « Les versions numérisées des jeux sont appelés des ROMS. Il vous suffit donc de rechercher les roms correspondant aux consoles souhaitées ou le rom d’un jeu en particulier. ».

capture-decran-2016-10-05-a-14-37-38

Une réponse qui occulte complètement la question de la propriété intellectuelle, et qui oublie que la loi indique expressément que l’utilisation d’une ROM implique que vous devez posséder le jeu original, mais (aussi) que la copie doit avoir effectuée depuis ce dernier, comme l’indique l’article L. 122-5 du Code de la propriété intellectuelle : « lorsque l’œuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire : (…) 2° Les copies ou reproductions réalisées à partir d’une source licite et strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». En clair, légalement, télécharger une ROM de Super Mario Bros. (même si vous possédez la cartouche) n’est pas acceptable. Le problème se pose de la même façon pour le BIOS de certaines consoles. Ils sont protégés par le code de la propriété intellectuelle et – souvent – par des brevets. Comme pour les ROMs, télécharger un BIOS sans l’avoir extrait depuis le matériel original n’est pas permis. Pour les personnes intéressées, les problèmes légaux liés aux émulateurs sont traités dans le Canard PC Hardware Hors Série n°4. Les auteurs, que nous avons contactés, nous ont indiqué utiliser un numérisateur (sic) pour utiliser des cartouches qu’ils possèdent et rester dans le cadre de la copie privée. De plus, la console n’est pas livrée avec des ROMs sous copyright, uniquement des logiciels open source ou libres.

Le second point, lié, vient de la licence des émulateurs utilisés. Les deux créateurs indiquent que la console fonctionne sous Nostal OS, un système d’exploitation maison, mais qu’elle utilise tout de même des émulateurs pour faire fonctionner les jeux. La liste complète est disponible en bas de cette page, avec une mention intéressante : « L’utilisation de l’ensemble de ces logiciels se fait conformément à leurs licences spécifiques, et l’accord explicite des auteurs a été obtenu lorsque nécessaire. ».

Quelques contributeurs d'ARMSNES

Quelques contributeurs d’ARMSNES

Une partie des émulateurs listés utilise la licence GPLv2, qui indique qu’un usage commercial est permis, avec l’obligation de redistribution des sources et des modifications éventuelles effectuées. Un des émulateurs (MGBA) utilise la licence MPLv2.0, qui permet aussi l’usage commercial, mais un autre (SNES9x 2002) utilise une licence propriétaire qui interdit explicitement l’usage commercial (comme vous pouvez le vérifier dans ce fichier, par exemple). Sur ce dernier, Lucas Di Lorenzo a réagi en indiquant que la liste présente sur le site n’est pas à jour et qu’ARMSNES (un fork de SNES9x) remplace SNES9x 2002 et que si la licence de ce dernier interdit elle aussi l’utilisation commerciale sans permission, ils avaient obtenus un accord explicite des auteurs du logiciel original (Jerremy Koot et Gary Henderson). Une réponse étonnante sur deux points, le premier étant que la licence de SNES9x 2002 et celle d’ARMSNES sont identiques, le second venant du fait que Jerremy Koot et Gary Henderson ne sont pas les seuls contributeurs d’ARMSNES et donc que leur accord n’implique pas la possibilité de distribuer commercialement l’émulateur. De plus, il indique aussi que l’émulation des jeux SEGA basés sur l’architecture 16 bits du constructeur (Mega Drive, etc.) utilisera un émulateur qui n’est pas libre (et tenu secret actuellement), mais qu’un accord a été trouvé avec ses créateurs.

Par ailleurs, les créateurs de Libretro contestent le fait qu’un accord ait été trouvé pour distribuer Libretro/Retroarch de façon commerciale. Nous avons contacté Daniel De Matteis et Jean-André Santoni – deux développeurs qui travaillent sur libretro – qui ne sont pas tendres avec les étudiants à l’origine du projet Retropac et indiquent les avoir clairement prévenus que certains des émulateurs ne pouvaient pas être utilisés dans un projet commercial. Rappelons que RetroArch utilise la licence GPLv3, qui permet la commercialisation à certaines conditions (bien définies dans la licence) et que les auteurs ne peuvent pas s’opposer à cet usage, tout du moins si la licence est respectée (ce qui peut poser des soucis avec certains émulateurs, comme nous l’expliquons plus haut). Les concepteurs du Retropac précisent bien que le code source et les modifications seront fournis dès que le produit sera disponible et qu’il n’y a pas de volonté de « tivoisation » du Retropac – une référence à la marque TiVo qui utilise des logiciels open source, mais qui ne permet pas techniquement de modifier ses produits – et qu’un acheteur pourra parfaitement modifier le code source d’un des émulateurs et appliquer ses propres modifications, un fonctionnement assez logique avec une plateforme comme le Raspberry Pi.

Pour information, le projet participatif demandait 15 000 € et le total atteint un peu plus de 28 000 au moment d’écrire ces lignes. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à nous poser des questions sur le projet, nos confrères de Lyon Capitale se sont aussi intéressés au projet dans deux articles. Dans tous les cas, nous comptons suivre le projet et vérifier – une fois le Retropac disponible – si les licences sont bien respectées, ainsi que la qualité du matériel.

Enfin, nous ne pouvions pas ne pas évoquer Retropie : ce programme open source pour Raspberry Pi permet d’émuler facilement les anciennes consoles de votre enfance sur un Raspberry Pi. C’est gratuit et ça ne pose pas de soucis de licence, si bien évidemment vous dumpez vos jeux à partir de vos propres cartouches. Le matériel nécessaire ? Un kit Raspberry Pi 3 qui vaut moins de 60 €, et une manette de jeu (par exemple une manette de Xbox One, comme recommandé dans le Canard PC Hardware). Par ailleurs, le projet libretro est utilisé dans d’autres produits libres, comme cette page l’indique.

Pou terminer, nous aurions pu simplement indiquer qu’ils proposent d’émuler la Game Boy, alors que tout le monde sait parfaitement que Game Boy est un mot masculin, mais le reste de l’histoire nous a semblé intéressant tout de même.

About the Author

Dandu
Espion de Cupertino dans la rédac' de Canard PC Hardware. Aime beaucoup les formats totalement obsolètes ainsi que les technologies bizarres et oubliées. Possède un chien robot, des lapins Wi-Fi et un vrai perroquet.

Comments are closed.