[Retro] ACCESS.bus, le précurseur raté de l’USB

Connaissez-vous l’ACCESS.bus ? Il y a des chances que non. Pourtant, ce précurseur de l’USB avait quelques avantages.

Dans les années 90, Philips et DEC (Digital Equipment Corporation) avaient en effet développé un bus universel, l’ACCESS.bus, qui devait remplacer les différents connecteurs de l’époque. L’idée ressemble à celle de l’USB ? Normal, il s’agissait d’un précurseur (et rapidement concurrent) de la norme portée par Intel.

Une prise ACCESS.bus sur un écran NEC (à gauche)

ACCESS.bus utilisait un connecteur proche de celui des prises téléphoniques (RJ11) et permettait le chaînage (contrairement à l’USB) ainsi que le retrait et le branchement à chaud (comme l’USB). Techniquement, l’ACCESS.bus est proche de l’I2C de Philips, mais ajoute la possibilité d’alimenter les périphériques avec une tension de 5 V. Un contrôleur ACCESS.bus peut gérer 124 périphériques sans devoir passer par des hubs actifs comme en USB.

Un des points intéressants de l’ACCESS.bus vient de son intégration dans les écrans. En effet, il était possible d’intégrer un bus ACCESS.bus dans les broches inutilisées d’un connecteur VGA, en utilisant la norme DDC2Ab (actuellement, les écrans utilisent la norme DDC/CI, une évolution, pour la communication). Dans les faits, seul NEC a proposé des modèles avec une prise ACCESS.bus femelle sur certains modèles (comme le XP17 ou le XP21).

Le principal problème de l’ACCESS.bus vient de son débit : seulement 100 kilobits/s. Une valeur suffisante pour des périphériques d’entrée à l’époque, mais bien plus faibles que l’USB – 12 mégabits/s à son lancement – ou, tout simplement, qu’un simple port parallèle. Le débit beaucoup plus élevé de l’USB a permis assez rapidement le développement de solutions de stockage (disque dur, lecteur ZIP, les clés USB en 2000) ou d’interfaces audio, deux technologies impensables avec l’ACCESS.bus. De plus, le fait qu’Intel mettait évidemment en avant sa solution – l’USB – et pas l’ACCESS.bus de ses concurrents a rapidement enterré la norme.

Existe-t-il des périphériques ACCESS.bus ? Oui, mais ils sont rares. Sur eBay, un clavier pour les machines de DEC (LK-501) essaye de trouver preneur depuis des mois (à un tarif un peu élevé, plus de 150 $). Il est aussi possible de trouver de temps en temps des souris ou des trackball (un périphérique de saisie populaire à l’époque) pour quelques dollars. Le bus devait aussi servir pour des imprimantes, des joysticks et plus généralement pour les mêmes usages que l’USB à son lancement.

Un contrôleur en ACCESS.bus

Enfin, c’est un peu d’actualité, un des casques de réalité virtuelle de la génération précédente (celle des années 90) prenait en charge l’ACCESS.bus. Le VXF1 de chez Forte se branchait en effet à un PC à travers une carte ISA 16 bits qui proposait un connecteur ACCESS.bus. Ce dernier servait pour une version spécifique du contrôleur maison, le Cyberpuck. Vous trouverez quelques photos de la carte sur ce site.

La carte installée (en bas)

Un contrôleur en ACCESS.bus

Malheureusement, nous n’avons pas pu tester de périphériques ACCESS.bus, faute d’avoir pu trouver des périphériques (et des cartes d’extension) à la norme, et les informations sur cet antique bus sont peu nombreuses sur le Net. Ne serait-ce que trouver une photo de la prise elle-même reste compliqué, tant les périphériques sont rares.

About the Author

Dandu
Espion de Cupertino dans la rédac' de Canard PC Hardware. Aime beaucoup les formats totalement obsolètes ainsi que les technologies bizarres et oubliées. Possède un chien robot, des lapins Wi-Fi et un vrai perroquet.