L’AC-3 (Dolby Digital) tombe dans le domaine public

Je ne suis pas un brevet, je suis un codec libre

Depuis hier, le 20 mars 2017, il devient enfin possible de proposer légalement un décodeur open source pour le codec AC-3 (Dolby Digital) sans risques les foudres de Dolby. Le dernier brevet utilisé par Dolby pour protéger le codec est en effet expiré.

Un codec populaire et ancien

Au cinéma, le Dolby Digital était lu de façon optique entre les perforations de la pellicule (CC BY-SA 3.0, Rotareneg)

Le Dolby Digital (connu aussi sous le nom A52, AC3, AC-3 ou Dolby Numérique en France) date du début des années 90 et a été inventé par la société Dolby. Il permet d’encoder un signal 5.1 (7.1 avec quelques artifices) avec un débit assez faible, variable selon les usages (de l’ordre de 256 à 640 kilobits/s pour de l’audio en 5.1). Le Dolby Digital a longtemps été le standard au cinéma (dès 1992 avec Batman Returns) mais se retrouve aussi dans les LaserDisc NTSC (à partir de 1995), dans les DVD (1997) ou dans les Blu-ray et les HD DVD (2006). C’est avec les DVD qu’il s’impose : son décodage est obligatoire dans les lecteurs (contrairement à son concurrent le DTS). De plus, la norme impose qu’un DVD contienne une piste audio en Dolby Digital ou en PCM (au moins), ce qui en fait le standard de facto, étant donné la place nécessaire sur les disques pour l’audio en PCM. Dans la pratique, pratiquement tous les DVD du marché contiennent donc au moins une piste en Dolby Digital. Cette popularité au niveau de l’offre légale a évidemment un impact sur l’offre illégale : beaucoup de films de vacances contiennent de l’audio en Dolby Digital.

Le problème du décodage

Judge Dredd, seul LaserDisc français doté d’une piste audio en Dolby Digital

Cette omniprésence a vite posé un problème, spécialement après 2012. Le Dolby Digital n’est pas un codec libre et Dolby a décidé il y a quelques années de s’attaquer aux logiciels qui décodaient l’audio à partir de composants open source. La société attaquait en justice tous les développeurs qui proposaient le décodage du Dolby Digital, avec généralement deux solutions : soit payer une licence (ce qui explique que beaucoup de logiciels proposent une version payante capable de décoder le Dolby Digital), soit supprimer la prise en charge du codec. Des retours que nous avions obtenus à l’époque, Dolby refusait par ailleurs de proposer une licence aux développeurs qui proposaient un logiciel open source (comme VLC sur iOS).

Point important, Dolby n’a pas attaqué tous les logiciels, pour une simple raison légale : les brevets utilisés par la société n’avaient pas la même valeur dans tous les pays. Un logiciel comme VLC (encore) distribué depuis la France pouvait (et peut) parfaitement intégrer un décodeur open source sans craintes, alors que le même logiciel distribué depuis les serveurs d’Apple dans l’App Store posait des soucis. La différence ? Le second provenait d’une source située aux États-Unis, ce qui permettait à Dolby de réagir. En 2016, le problème a été partiellement levé sur les appareils sous iOS, avec l’intégration d’un décodeur sous licence dans le système d’Apple.

L’expiration des brevets

Libérez l’AC-3

Cette page indique que le Dolby Digital semble maintenant tombé dans le domaine public, tous les brevets cités par Dolby dans les documents disponibles publiquement étant expirés. Un dernier brevet n’a pas encore expiré, mais il est lié à l’encodage en Dolby Digital Plus (E-AC-3), une version améliorée du codec utilisée notamment dans les Blu-ray ou dans l’encodage de l’audio sur la TNT française. Il n’empêche par contre pas la distribution de décodeur AC-3 open source.

Reste à voir sir les développeurs vont (ré)intégrer des décodeurs Dolby Digital dans leurs programmes ou s’ils vont continuer à faire payer les utilisateurs (dans certains cas). Au passage, nous vous rappelons qu’il existe des codecs audio plus efficaces que le Dolby Digital pour vos films de vacances.

About the Author

Dandu
Espion de Cupertino dans la rédac' de Canard PC Hardware. Aime beaucoup les formats totalement obsolètes ainsi que les technologies bizarres et oubliées. Possède un chien robot, des lapins Wi-Fi et un vrai perroquet.

Comments are closed.