Intel prépare la riposte à Ryzen en coulisse

A l’automne dernier, les équipes marketing d’Intel publiaient en interne une présentation succincte sur les futurs processeurs d’AMD basés sur l’architecture Zen (Ryzen). Le but était alors de rassurer les commerciaux et de leur offrir un argumentaire pour répondre aux questions de leurs clients. En substance, la présentation indiquait qu’il n’y avait rien à craindre de Zen (en particulier du côté des performances).

Depuis, les choses semblent avoir changé. Les derniers retours confirment que les prochains Ryzen – qui seront annoncés officiellement le 2 mars – représentent une sérieuse menace pour l’hégémonie d’Intel. Le service de communication d’Intel cherche désormais à éviter à tout prix l’humiliation que représenterait un Ryzen comparable aux Core i7 6900K (1200€) pour un tarif nettement inférieur. Des ajustements sur la grille tarifaire deviennent inévitables et sont en cours de finalisation. Néanmoins, il s’agit là d’une solution de tout dernier recours qui représente un aveu de faiblesse incontestable. Dans le reste de la gamme, la riposte s’organise également.

Kaby Lake poussé dans ses retranchements pour contrer Ryzen

Selon l’une de nos sources, Intel serait en train de sampler plusieurs nouveaux processeurs Quad Core basés sur l’architecture Kaby Lake.

[Edit 17/02/06 – 18h50] Présence de l’HT sur le 7640K
Suite à la publication de cette news, plusieurs sources nous ont contacté au sujet de ces deux informations. Tous confirment l’existence des Core i7 7740K et du Core i5 7640K mais nous obtenons des informations contradictoires sur le présence ou non de l’HyperThreading sur le Core i5 7640K. Notre sample devrait arriver en fin de semaine, nous confirmerons alors la présence de cette fonctionnalité ainsi que l’ensemble des spécifications (fréquences, TDP, etc.).

[Edit 17/02/08 – 12h30] Core i7 7740K & i5 7640K : Kaby Lake-X et LGA2066
Pour des informations plus récentes sur ces deux processeurs, consultez cette news.

  • On trouve d’abord le Core i7 7740K. Il dispose de 8 Mo de L3, d’une fréquence de base de 4.30 GHz (soit 100 MHz de plus que le Core i7 7700K) au prix d’un TDP nettement supérieur (> 100W contre 91W). La fréquence Turbo n’est pas connue, mais devrait logiquement être de 4.60 GHz.
  • L’un des autres sample prend le nom de Core i5 7640K. À première vue, il s’agit là aussi d’un speed bump du Core i5 7600K : Quad Core, 6 Mo de L3, 4.0 GHz de fréquence de base pour le 7640K contre 3.8 GHz pour le 7600K. Côté TDP, lui aussi grimperait au-dessus des 100W. Mais il y a beaucoup plus intéressant : le Core i5 7640K disposerait du SMT (Hyper-threading) actif, une première pour un Core i5 Desktop. Cette modification bouscule profondément la segmentation des différents « Core ». Jusqu’à présent, les Core i5 se distinguaient justement des Core i7 par l’absence de l’Hyper-threading.
SMT ? HT ?
L’Hyper-Threading correspond au nom commercial qu’Intel a donné à son implémentation du SMT (Simultaneous MultiThreading). Cette technologie permet de faire reconnaitre un cœur physique comme deux cœurs logique afin de maximiser l’efficacité des unités d’exécution. Un CPU à 4 cœurs avec HT/SMT sera donc perçu par le système d’exploitation et les applications comme un modèle Octo Core. Selon les application, le gain peut atteindre 15%.
Certes, il ne faut pas oublier qu’une évolution identique a déjà eu lieu entre les Pentium et les Core i3 dans le monde des Dual Core : les déclinaisons Kaby Lake des Pentium bénéficient désormais de l’Hyper-threading, alors que cette fonctionnalité était précédemment réservée aux seuls Core i3. L’arrivée de l’HT sur les Core i5 s’apparente toutefois à une manœuvre de dernière minute, vraisemblablement destinée à contrer les CPU Ryzen. Ceux-ci bénéficient en effet du SMT dans presque toute la gamme (4, 6 et 8 cœurs), un seul modèle Quad Core en étant dépourvu.

Nous devrions avoir accès très prochainement à un Core i5 7640K, qui nous permettra de confirmer ces informations et de vous donner plus de détails sur les fréquences en mode Turbo. Vu la fébrilité qui règne chez Intel, et en fonction des premiers tests sur des processeurs Ryzen finaux, d’autres modèles pourraient rapidement venir compléter ces CPU. A l’inverse, Intel fait actuellement tester les Core i5 7640K et 7740K auprès de ses gros clients mais ne leur garantit pas une mise en vente au final. Le fabricant veut avant tout s’assurer de pouvoir riposter quasi-immédiatement (en quelques jours) au cas où AMD modifierait ses plans à la dernière minute. Or, la validation de nouveaux processeurs est un processus qui prend du temps, surtout lorsqu’ils intègrent des modifications sensibles comme l’activation de l’HT sur les Core i5. La démocratisation des modèles 4C/8T dans le milieu de gamme resterait toutefois une très bonne nouvelle pour les consommateurs. Preuve de l’intérêt concret d’une saine concurrence, absente depuis trop longtemps.

Les Quad Core Ryzen toujours en quête de MHz. Un espoir pour Intel ?

Le géant de Santa Clara n’avait certes pas anticipé le niveau de performances atteint par l’architecture Zen. Néanmoins, il convient de ne pas enterrer Intel trop vite. Les nouveaux CPU d’AMD lui posent clairement un souci au niveau du positionnement tarifaire des modèles les plus chers (à 6, 8 ou 10 cœurs). Grâce leur fréquence conséquente, au SMT et au nombre de cœurs embarqués, les déclinaisons les plus haut de gamme de Ryzen offrent d’excellentes performances sur les applications fortement multi-threadées, c’est-à-dire capables d’utiliser simultanément l’ensemble des cœurs disponibles. Pour le reste, en particulier pour les versions Quad Core et dans les jeux vidéo, les dernières informations qui nous sont parvenues sèment le doute. Comme nous l’écrivions dans notre article, la fréquence des Ryzen Quad Core doit se situer entre 3.8 GHz et 4.2 GHz de base pour rivaliser efficacement avec la gamme d’Intel. Or, on en est loin. Les samples actuels quasi finaux se limitent à 3.2 GHz en fréquence de base. C’est très insuffisant et surtout assez étonnant puisque les deux modèles 8 cores atteignent 3.4/3.8 et 3.6/4.0 GHz.

Pourquoi une fréquence si basse sur les Quad Core alors que les Octo Core montent bien plus haut ? On peut d’abord imaginer qu’un mode Turbo particulièrement véloce ne vienne sauver les meubles, mais actuellement, nous n’avons aucune information en ce sens. Pour l’heure, nous n’avons accès qu’aux versions à 6 et 8 cœurs des Ryzen en stepping B et nous ne connaissons pas les fréquences Turbo des Quad Core B-Step. Nous pouvons toutefois nous risquer à une comparaison. Entre les stepping A0 et B, le mode Turbo des modèles à 8 cœurs a progressé de 400 MHz au mieux, passant de 3.6 à 4 GHz. En stepping A0, les Quad Core étaient cadencés au mieux à 3.4 GHz (pour 2.9 GHz de base). En stepping B, les Quad Core Ryzen devraient donc se situer à 3.8 GHz. C’est toujours bien trop peu pour rivaliser avec le prochain Core i5 7640K par exemple. Cette situation paraît d’autant plus étrange qu’AMD semble bien décidé à vendre des Ryzen à 8 cœurs cadencés plus rapidement, ce qui prouve que l’architecture peut bien atteindre des fréquences plus importantes. So what ?

Un problème de yield sur le 14 nm de GF ?
Lexique
Le yield correspond au rapport entre le nombre de dies fonctionnel et le nombre de dies produits. Un die est le morceau de silicium qui contient un processeur. Il est obtenu après découpe du wafer (grand disque de silicium qui contient des centaines de dies).
Un potentiel problème de rendement (yield) sur le process 14 nm de Globalfoundries pourrait bien expliquer cette situation. Nous savons désormais que les premiers Ryzen à 4 et 6 cœurs seront basés sur des dies 8 cœurs non-fonctionnels, AMD ayant prévu la possibilité de désactiver facilement plusieurs cœurs, qu’ils soient ou non présents dans le même CCX. Parfaitement conscient que la demande va se focaliser sur Ryzen dès sa sortie, AMD pourrait logiquement choisir de recycler au maximum ses dies défectueux en désactivant certains cœurs … et en baissant la fréquence. Les cœurs contenus dans les dies peuvent en effet être défaillants de deux manières : soit ils ne fonctionnent pas, soit ils s’avèrent instables à la fréquence prévue. En sortant des CPU dont la moitié des cœurs est désactivée et qui, en plus, restent limités en fréquence, AMD peut recycler un maximum de dies défectueux et limiter la casse financièrement.

Reste qu’une telle situation n’est pas tenable à moyen terme. Le Wow Effect qu’AMD cherche à créer avec sa puce Ryzen la plus musclée ne pourra masquer qu’un temps les performances décevantes du reste de la gamme (si les fréquences n’évoluent plus d’ici le lancement). La fin du NDA et la sortie des premiers tests officiels dans la presse donneront un avant-gout de la situation : si AMD se contente de sampler les journalistes uniquement avec sa puce 8C/16T à 3.6/4.0 GHz, en oubliant les déclinaisons 4C, il y aura un loup. Ensuite, si les problèmes sont avérés, ils risquent d’impacter fortement la disponibilité de masse de la puce … ou d’entraîner un tarif bien plus élevé qu’attendu. AMD n’a hélas pas beaucoup de latitude sur la production depuis qu’il ne dispose plus d’usines de fabrication. Reste toutefois une solution de dernier recours : quitter Globalfoundries (ou du moins trouver un autre fondeur avec qui travailler en parallèle). Coïncidence étrange, AMD serait justement en train de négocier avec … Samsung.

About the Author

Doc TB
Détracteur en chef, journaliste total, combat le bullshit marketing depuis 2001, ce qui lui vaut régulièrement procès et menaces. Particularité : dilapide l'argent de la rédaction en produits divers et variés qu'il pourrait très bien obtenir gratuitement via les constructeurs (contre un ou deux points en plus sur la note). Détruit au final lesdits produits en cherchant à les améliorer ou pour éprouver leur résistance aux courts-circuits.