La face cachée d’Internet, un livre à découvrir

La couverture du livre

Récemment, je suis tombé sur une vidéo d’un Youtubeur visiblement assez connu (Absol) qui parlait du Deep Web. Sans être un expert, j’ai été estomaqué par certaines choses dans la vidéo (genre « Le web visible, appelé aussi le web surfacique, est le contenu d’Internet qui peut être accessible via les moteurs de recherche classiques comme Mozilla Firefox, Internet Explorer, Google Chrome, Yahoo, Bing, etc. »). Dans la pratique, comme souvent dans les articles et vidéos sur le Deep Web et le Dark Web (les majuscules et le singulier sont intentionnels), c’est très mauvais, mal expliqué et rempli d’erreurs. N’importe quelle personne avec quelques connaissances dans le monde du réseau comprend vite… qu’il n’a rien compris. Mais pour les autres personnes, celles qui ne maîtrisent pas le côté technique, comment arriver à appréhender les concepts en question ? En lisant le livre de Rayna Stamboliyska, La face cachée d’Internet.

Précisons directement : je ne connais pas personnellement l’auteure et je n’ai rien à gagner à parler de ce livre (j’ai juste apprécié). Ce livre peut se trouver chez pas mal de revendeurs (Amazon, FNAC, etc.) et existe aussi en version numérique chez les principaux fournisseurs. Les liens se trouvent facilement sur le site dédié.

Ce livre est intéressant pour le grand public, mais aussi pour les personnes qui connaissent un peu le sujet. Il a le gros avantage de se lire extrêmement facilement tout en proposant un contenu qui ne tombe pas du tout dans la facilité ou dans le sensationnalisme. C’est assez pédagogique et si l’auteure évite les points trop techniques, ce n’est jamais en simplifiant trop les choses : je n’ai pas remarqué de raccourcis horribles ou d’approximations comme dans la vidéo d’Absol. Le livre a surtout le gros avantage de dédramatiser les choses (enfin, sauf sur la couverture, je vais y revenir ensuite) et de montrer que Tor, le chiffrement, les dark web (etc.) n’impliquent pas automatiquement des pédophiles nazis recherchés par les Chinois du FBI. À la lecture, le travail de recherche et les ressources bibliographiques impressionnent, tout comme le ton très juste : c’est extrêmement factuel, plein d’exemples concrets (et précis) et un des buts demeure visiblement de montrer que ce que les médias généralistes montrent arrive souvent avec un biais – non, les sites du Dark Web n’ont pas toujours un fond noir – et qu’il existe énormément de raisons d’utiliser Tor pour des activités parfaitement légales. Les histoires d’Anonymous, de Wikileaks et des différents groupes liés semblent complètes et sont surtout passionnantes, avec un parti pris assez factuel intéressant. Contrairement à pas mal de choses que j’ai pu lire sur ces différents sujets, le côté politique intervient assez peu, ou – plus exactement – sans orientations visibles.

Mes deux bémols par rapport au livre viennent de la couverture et de la structure des références. Pour le premier, les quelques interviews et interventions de Rayna Stamboliyska que j’ai trouvés montrent que la question revient souvent. Le problème vient du fait que la couverture vise un public très large et ressemble donc à ce qu’un média putaclic en mal de sensationnalisme pourrait proposer. Pour quelqu’un qui connaît un peu le sujet (comme moi, par exemple), c’est plutôt repoussant au premier abord et – je l’avoue – je n’ai acheté le livre qu’après quelques recherches sur l’auteure et plusieurs recommandations. En pratique, et c’est ce qu’il ressort des interventions, le choix du look est lié au public visé, qui ne connaît de Tor, les Anonymous ou Wikileaks que le côté sombre montré par les médias généralistes. Donc ne vous arrêtez pas à la couverture, vous n’êtes simplement pas la cible. Mon deuxième bémol vient des références dans le texte : il y a un mélange entre les notes qui renvoient vers la fin du livre et celles qui renvoient en bas de page, avec parfois des numéros qui se chevauchent. C’est un avis assez personnel, mais je ne suis pas un adepte des notes de base de page trop nombreuses et dans ce cas-ci, la structure casse un peu la lecture. Mais ça reste assez secondaire.

Au final, je vous conseille vraiment ce livre : il est intéressant de par ses exemples et sa structure pour une personne qui connaît (un peu) le sujet et très bien construit et pédagogique (sans être rébarbatif) pour les néophytes. Et il vous permettra de faire un facepalm quand vous verrez un reportage de BFM TV.

About the Author

Dandu
Espion de Cupertino dans la rédac' de Canard PC Hardware. Aime beaucoup les formats totalement obsolètes ainsi que les technologies bizarres et oubliées. Possède un chien robot, des lapins Wi-Fi et un vrai perroquet.