[Les disques optiques oubliés] Le DVD jetable

Un DVD FlexPlay qui a réagit

Dans Canard PC Hardware 30, en kiosque, nous avons publié un dossier sur l’avenir incertain du disque optique, avec notamment une liste de technologies oubliées. Et comme nous avons dans notre laboratoire quelques exemples qui n’ont pas trouvé place dans le magazine, nous les publierons ici chaque semaine. Cette semaine, les DVD jetables.

Les détériorations sont bien visibles

Les détériorations sont bien visibles

Le DVD jetable, c’est une idée idiote lancée au milieu de la décennie précédente. Vendus comme des « DVD à la séance » (le marketing a été fort), ils devaient devenir illisibles entre 24 et 48 heures après la première lecture. L’intérêt ? Vendre des DVD sans bonus et sans menus, à bas prix (5 € et moins), avec un résultat écologique désastreux. Deux technologies existaient (au moins). La première utilise une petite cartouche placée à la base du disque, qui s’ouvre à la première lecture et libère un liquide qui va rendre le disque illisible en attaquant le support. Lors du test, le résultat a été un échec : le disque était lisible plusieurs jours après. Après quelques semaines (tout de même), le DVD devient impossible à lire et les dégâts sont bien visibles. La seconde technologie utilise des disques qui s’autodétruisent à travers un produit chimique placé sur le disque. Le problème, c’est que l’oxygène accélère le processus (moins de 48 heures) mais que le disque réagit tout de même sans air. En réalité, les disques deviennent donc illisibles d’eux-mêmes après environ un an, ce qui empêche le stockage à long terme. Les DVD jetables n’ont jamais eu de succès à cause du contenu famélique, du prix pas si intéressant (de grandes enseignes proposent souvent des DVD à moins de 10 €) et du concept lui-même : des DVD à jeter après un ou deux visionnages, ça calme. Et accessoirement, rien n’empêche de ripper le film…

About the Author

Dandu
Espion de Cupertino dans la rédac' de Canard PC Hardware. Aime beaucoup les formats totalement obsolètes ainsi que les technologies bizarres et oubliées. Possède un chien robot, des lapins Wi-Fi et un vrai perroquet.