[Les disques optiques oubliés] Le CD-i Vidéo

Dans le Canard PC Hardware 30, en kiosque, nous avons publié un dossier sur l’avenir incertain du disque optique, avec notamment une liste de technologies oubliées. Et comme nous avons dans notre laboratoire quelques exemples qui n’ont pas trouvé place dans le magazine, nous les publierons ici chaque semaine. Cette semaine, le CD-i Video.

Dans le magazine, nous parlons du Video CD, ces CD qui contiennent de la vidéo en 320 x 240 en MPEG-1, mais saviez-vous que Philips a vendu des films pour les CD-i et qu’il ne s’agit pas toujours de Video CD ? Le contenu des films en question reste assez proche de celui des Video CD : de la vidéo en MPEG-1 et de l’audio en “MP2”, mais avec un bitrate légèrement différent. La différence principale vient de la façon d’organiser les données : les Video CD suivent le standard White Book, alors que les films pour CD-i suivent le Green Book (celui des CD-i). Pour information, les différents standards liés aux CD portent des noms de couleur (Red Book pour l’audio, par exemple). Les films au standard Green Book (CD-i) ne peuvent être lus que dans un lecteur de CD-i avec une carte MPEG ou – en trichant – dans un PC sous Windows 9x avec un pilote dédié. Pour les amateurs, IsoBuster (sous Windows) permet de lire le contenu d’un disque au standard Green Book et d’extraire les données. Les films au standard White Book, eux, fonctionnent dans un PC, un lecteur de CD-i, une platine dédiée et même quelques consoles (Saturn avec une carte MPEG, une PlayStation adaptée, etc.). Les disques de ce type sont assez rares et portent la mention « Digital Video on CD-i » sur la jaquette. A noter que Philips a d’abord vendu des films en format Green Book avant de passer au White Book (après 1994).

About the Author

Dandu
Espion de Cupertino dans la rédac' de Canard PC Hardware. Aime beaucoup les formats totalement obsolètes ainsi que les technologies bizarres et oubliées. Possède un chien robot, des lapins Wi-Fi et un vrai perroquet.